Agenda

Un Poyo Rojo mardi 6 mars 2018 eysines

UN POYO ROJO ~ TEATRO FÍSICO

Théâtre Jean Vilar

Théâtre Burlesque
Mardi 06/03/2018 20h30
Un Poyo Rojo mardi 6 mars 2018 eysines

Un Poyo Rojo mardi 6 mars 2018 eysines

Lutte, danse, combat… et cabaret ! C’est dans un vestiaire de club de sport que le spectacle a lieu. Le duo d’argentins Alfonso Barón et Luciano Rossi proposent un spectacle nourri de testostérone alliant performance, fantaisie et sensualité. À partir du mouvement, de l’action et sans un mot prononcé, ils proposent avec humour et une énergie étonnante d’expérimenter les différentes façons d’entrer en contact, de créer une relation… Entre compétition sportive, combat de coqs, danse, théâtre, acrobatie, percussion et clown, ce spectacle ne rentre dans aucune case. Étrange et séduisant, il nous donne à voir un duel de corps et d’esprit entre illusion et réalité. Un spectacle d’une énergie sans faille et à l’humour taquin qui développe les thèmes de la virilité, de la compétition et du désir. Un poyo rojo, un combat de coqs entre deux acteurs déjantés.

 

TARIFS PLEIN 21€ / RÉDUIT 15€

Un Poyo Rojo mardi 6 mars 2018 eysines

Un Poyo Rojo mardi 6 mars 2018 eysines

 

“Un poyo rojo” : une performance qui laisse sans voix
L’Argentin propose un spectacle alliant fantaisie et sensualité. C’est un beau roman, c’est une belle histoire… Et pas seulement, parce que le spectacle Un poyo rojo est né d’un jeu de séduction entre Luciano Rosso et son amant. Transformé en numéro pour un spectacle de variétés, ce duo, à la fois physique et comique, est présenté une première fois, en 2008, au Laburatorio, un lieu alternatif de Buenos Aires où se pressent des artistes motivés par l’absolue nécessité de jouer. Nourrie d’improvisations et de portés, la partition gestuelle s’étoffe au fil des ans et devient un vrai spectacle mêlant les genres et les disciplines (théâtre, acrobatie, danse, percussion corporelle, arts martiaux, clown).Et toujours sans prononcer un seul mot. Luciano en confie la mise en scène à Hermes Gaido, qui développe les thèmes de la virilité, de la compétition et du désir. Le succès ne se dément pas (sixième saison à guichets fermés dans la capitale argentine), sur tout le continent sud-américain, en Allemagne, en Espagne et, depuis l’an passé, dans le capharnaüm du festival off d’Avignon. Alfonso Barón, un ancien rugbyman devenu danseur plutôt que psychanalyste, au grand dam de son père, a repris le rôle aux côtés de Luciano. Ils interprètent l’un des spectacles les plus sensuels que l’on puisse voir, d’une énergie sans faille et d’un humour taquin, qui devrait surprendre plus d’un spectateur
  • Télérama