logo

Agenda

48H vignette

48H DE DÉSORDRES POÉTIQUES ~ 1 journée, 2 soirées et 4 spectacles

Théâtre Jean Vilar

théâtre
Mercredi 15/03/2017 15h30
Jeudi 16/03/2017 19h30
Vendredi 17/03/2017 19h30

48H DE DÉSORDRES POÉTIQUES

Vivre une expérience qui bouleverse les codes de la poésie 

en 1 journée, 2 soirées et 4 propositions !

~

Paysages Nomades / Glob Théâtre (48h de désordre poétique), 16&17 mars, Eysines

Paysages Nomades / Glob Théâtre (48h de désordre poétique), 16&17 mars, Eysines

PAYSAGES NOMADES #1, #2 & #3

GLOB THÉÂTRE

Un « spectacle » juste pour soi ! Monique Garcia a demandé à des auteurs contemporains d’écrire des micro-nouvelles. Installé bien confortablement dans un fauteuil-bulle, emparez-vous d’un casque et face à vous des comédiens équipés d’un micro chuchoteront à vos oreilles ces micro-fictions.

Tout public : #1 Zone de turbulences, #2 Derrière la porte // Jeune public : #3 T’es qui toi ?

#1 Zone de turbulences , #2 Derrière la porte

Paysages Nomades vous invite à découvrir en quelques minutes l’univers d’auteurs et d’illustrateurs contemporains à travers quatre contes modernes, pour un moment intense et sensible.

#3 T’es qui toi ?

Se réfugier dans un fauteuil enveloppant, et découvrir de surprenantes histoires chuchotées au creux de l’oreille… En cinq minutes quatre auteurs et quatre illustrateurs tentent de répondre à cette question : « T’es qui toi? « .

Résumé :

#1 Zone de turbulences

Avec ferveur, fragilité, humour, violence… deux comédiens vous embarquent à la découverte de l’univers d’auteurs contemporains. Un « tête à tête » complice, de cinq minutes environ où, confortablement installé(e) dans votre bulle, vous écouterez leurs confidences. « Paysages Nomades » offre à chaque spectateur une expérience unique, une parenthèse dans le temps et dans l’espace.

#2 Derrière la porte

« Derrière la porte » : rumeurs, fantasmes, désirs, espoirs, cauchemars… Nous pouvons rêver ce que nous allons y découvrir, ou bien craindre ce qu’elle dissimule et qui peut-être pourrait surgir pour nous surprendre… L’ouvrir et la franchir ou ne pas oser et attendre …

#3 T’es qui toi ?

« T’es qui toi ? » : une question nette, précise, incisive.

L’essentiel en somme. Un guide pour solidifier tout amour ou amitié. Un filtre pour avancer au milieu de la foule. Les enfants sont souvent capables de poser cette question, le regard bien planté, armé de l’assurance que leur donne la curiosité et le désir d’avancer.

Mais y répondre par contre est une toute autre affaire !


Calamité / Isabelle Jelen (48h de désordre poétique) - 16 mars 2017 Eysines

Calamité / Isabelle Jelen (48h de désordre poétique) – 16 mars 2017 Eysines

CALAMITÉ

ISABELLE JELEN

Comme un long chant d’amour impossible ! D’après les 32 Lettres de Calamity Jane à sa fille. Une guitare, une batterie, une voix, un trombone à tuyau, et le souvenir de tous les westerns que nous avons vus, que le contenu des lettres vient dynamiter. L’Ouest de Calamity Jane est très loin de nos rêves, le spectre d’un western sauvage et enragé, de colère et de force de vie.

Monsieur Gadou (guitare, trombone à tuyau), Isabelle Jelen (voix), Didier Lasserre (batterie)   

Jane Canary, dite Calamity Jane, écrivit à sa fille, qui ne la connaissait pas, des lettres qu’elle ne lui enverrait pas. 32 lettres, comme un long chant d’amour impossible, au travers desquelles se dessinent 25 ans de la vie d’une femme affrontée au monde, opposant à l’hostilité des gens et des choses une inaltérable absence de concessions.

Nous avons choisi 16 lettres sur 32, dans leur ordre chronologique. Chacune d’elle, qu’elle soit drôle ou tragique, fonctionne comme le fragment d’un tableau d’ensemble, qui dessine un immense espace, un voyage à la fois spatial et temporel.

Une guitare, une batterie, une voix, un trombone à tuyau, et le souvenir de tous les westerns que nous avons vus, toutes les musiques américaines qui accompagnent notre Amérique imaginaire, que le contenu des lettres vient dynamiter. L’Ouest de Calamity Jane est très loin de nos rêves, le spectre d’un western sauvage et enragé, de colère et de force de vie.

Le sens et le rythme des lettres ont guidé la composition, de telle sorte qu’il n’y a pas à l’écoute de notion d’accompagnement, mais une totalité musicale, dont la voix et la phrase sont partie prenante. Le texte ne donne pas lieu à une interprétation dramatique, mais à une interprétation lyrique (parlé / chanté), une sorte d’opéra à la voix blanche. À travers une grande simplicité dans le jeu, c’est l’émotion brute du texte qui se dévoile, la voix de Calamity au-delà de ses mots.

d’après  Les lettres de Calamity Jane à sa fille, traduction française de Marie Sully et Gregory Monro (éditions Payots et Rivages), le crédit photo: Bruce Milpied . L’association Sur Mesure reçoit le soutien de La Mairie de Bordeaux 

Didier Delahaies / J'irai Dehors (48h de désordre poétique) - 17 mars 2017 Eysines

Didier Delahaies / J’irai Dehors (48h de désordre poétique) – 17 mars 2017 Eysines

J’IRAI DEHORS

DIDIER DELAHAIS

Dérision introspective ! Dans un endroit entre dedans et dehors, un homme parle seul, à tout le monde. Il vérifie son existence auprès des autres, tout en craignant de les rencontrer ou de les affronter. Pourtant, le voilà qui s’expose sur une scène de théâtre. Il hésite, il doute, il témoigne par la dérision et l’humour de ce qu’il pense approximativement des choses.

Dans un endroit entre dedans et dehors, un homme parle seul, à tout le monde. Il vit quelque part, derrière une porte, au bout d’un escalier, sur une trajectoire. Il vérifie son existence auprès des autres, tout en craignant de les rencontrer ou de les affronter. Pourtant, le voilà qui s’expose sur une scène de théâtre. Il n’aime pas être seul, mais il n’envisage pas d’autre état que la solitude.
Quand il sort, il se retrouve vite dedans, une fois de retour dedans il redoute les intrusions et fabrique des histoires qui se passeraient dehors, voilà pourquoi il affectionne le conditionnel.
il hésite, il doute, il témoigne par la dérision et l’humour de ce qu’il pense approximativement des choses.
Il cherche dans son for intérieur ce qui lui permettrait de croire à la réalité de son existence.
Comme joue un enfant pour créer un monde dans lequel il peut vivre, il s’éprouve dans la relation avec les mots, lui permettant ainsi d’espérer entre l’élan et la chute.

 

DISTRIBUTION
Texte et interprétation : Didier Delahais
Mise en scène : Jean Pierre Ryngaert
Lumières : Jean-Pascal Pracht
Scénographie : Cécile Léna
Son : Loic Lachaize (en attente de confirmation)
Co-productions : J’adore ce que vous faites – Agence culturelle de la Gironde, Iddac – Office
artistique de la région Aquitaine, OARA – L’agence culturelle Dordogne Périgord – Le
Nantholia.
Avec le soutien du Glob Théâtre.
Crédit photo : Cécile Bobinnec
Le Texte J’irai dehors est édité aux éditions Moires

PAYSAGES NOMADES #2 + CALAMITÉ PAYSAGES NOMADES #1 + J’IRAI DEHORS
Jeudi 16 mars Vendredi 17 mars

19h30

PAR SOIRÉE : TARIF PLEIN 12,50€ / RÉDUIT 10,50€ / CARTE CULTURE 5€

FORFAIT 2 SOIRS : TARIF 20€

Dans le cadre du Parcours Artistique [DÉSORDRE POÉTIQUE]

Tout public

Avec le soutien de l’IDDAC